Cap-Vert : Mario Lucio, un artiste nommé Ministre de la Culture

Publié: 10 avril 2011 dans Afrique, Cap-Vert, Espace géographique, Genres musicaux, Musiques Cap-Verdiennes, Portraits, Styles musicaux
Tags:, , , , ,

Le 18 mars dernier, le chanteur Mario Lucio a été nommé Ministre de la Culture du Cap-Vert. La politique n’est pas un domaine inconnu pour Mario Lucio : Avocat de métier, il a été nommé conseiller culturel auprès du Ministre de la Culture en 1992. De 1996 à 2001, il a été député au Parlement Capverdien.

Avant lui, d’autres musiciens ont hérité de portefeuilles ministériels : Gilberto Gil, avec qui Mario Lucio enregistra un duo en 2004, qui fut Ministre de la Culture au Brésil, ou encore la star de la salsa Rubén Blades, qui fut ministre du Tourisme au Panama. Tout dernièrement, le chanteur Sweet Micky devenait Président d’Haïti.

Romancier, essayiste, Mário Lúcio Sousa est aussi le fondateur du groupe Simentera, qui marqua le retour décisif de la musique capverdienne vers ses racines acoustiques et réclama la culture d’Afrique continentale comme faisant partie intégrante de l’identité culturelle capverdienne.

Mário Lúcio Sousa est multi-instrumentaliste et arrangeur de bon nombres d’albums d’autres artistes capverdiens. Il est membre fondateur et directeur de l’association « Quintal da Música », dont le centre culturel privé se dédie à la valorisation de la musique traditionnelle.

Panafricaniste engagé, rassembleur des mondes créoles, Mário Lúcio Sousa nous a offert ses dernières années, deux perles d’albums coup sur coup.

D’abord « Badyo » : « Badyo invite aussi à la méditation, à la sérénité, à la paix intérieure et globale (comme dans Reza). Badyo est également un disque de sodade (notamment dans les chansons sur la mer), de réflexion sur des thèmes encore tabou, comme l’émigration clandestine, l’intolérance religieuse (Santo Amado), les langues minoritaires et les minorités (Alter), sur le racisme, la pauvreté, l’environnement (Amar Elo). Pendant la préparation de ce disque, j’ai donné un bon nombre de conférences dans diverses universités dans le monde sur le thème du Métissage. Badyo va continuer ce travail, avec des conférences, des débats, des workshops, à coté des concerts. C’est un album pour toutes les ambiances dans son concept même. C’est une musique sans frontière, qui passe du jazz au baroque et à la musique contemporaine, et qui peut être jouée dans une petite salle aussi bien que dans un stade. C’est ça la musique du Cap-Vert. »(Mario Lucio)

Puis « Kreol », son dernier CD, paru fin 2010 : autour du concept de créolité, il réunit des musiciens des Antilles françaises, du Mali, du Portugal, des Etats-Unis (Harry Belafonte), de Cuba (Pablo Milanés) ou du Brésil (Milton Nascimento) sans oublier sa glorieuse aînée, Cesaria Evora.

/////////////////////////////

En écoute sur Deezer : http://www.deezer.com/fr/music/mario-lucio#music/mario-lucio

////////////////////////////

Site web : www.mariolucio.com

Facebook Mario Lucio

Lire aussi : http://www.lusafrica.fr/4_1.cfm?p=4-mario-lucio-cap-vert-label-musique-du-monde

et http://www.lusafrica.fr/30_2.cfm?i=77-kreol-mario-lucio-cd-albums-musique-du-monde-vpc-lusafrica

//////////////

Simentera – 

Advertisements

Les commentaires sont fermés.